wrapper

Le groupe parlementaire du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), a organisé à Ouagadougou une rencontre, ce vendredi 19 juillet 2019, avec les journalistes. Les élus du CDP sont revenus sur les différentes lois votées, porter des critiques sur la manière de travailler sur l’exécutif et sur la situation nationale.

On note qu’au total, ce sont 42 projets de lois adoptés, deux (2) résolutions adoptées et 17 questions adressées au gouvernement. Le groupe parlementaire CDP estime que l’Exécutif n’a aucune considération pour l’institution parlementaire. Et pour Alphonse Nombré, président du groupe ‘’ cela peut être considéré comme un manque de respect pour le parlement et ses membres ‘’.  Ce manque de respect est due selon lui, au fait que le Gouvernement dépose les dossiers en retard. Pire, Ils demandent souvent aussi le report de séance. C’est au vue de tout ces griefs, que Alphonse Nombré demande au Gouvernement d’en ‘’ tirer les conséquences politiques ‘’.

Sur la question de la loi portant modification du code pénal, les parlementaires issus du CDP estime que ‘’ cette loi est dirigée contre la presse nationale ‘’. Concernant la comptabilisation des voix des députés qui ont quitté l’hémicycle, le groupe CDP estime que leurs voix ne devraient pas être considéré comme ‘’ émises en faveur de l’adoption de la loi ‘’. Selon elle, le règlement ne traite pas clairement du sens qu’il faut donner au vote des députés qui se retirent de l’hémicycle.

Comme il fallait s’y attendre, les journalistes ont voulut savoir l’impact de la crise que traverse le CDP au sein du groupe. Pour les élus de l’ancien parti au pouvoir, il y’a la cohésion dans le groupe. ‘’ Ce qui se passe dehors n’a rien à voir le groupe. On travaille de manière sereine ‘’, lance les conférenciers. Et le député Maïmouna Sawadogo de renchérir en ces termes ‘’ la crise n’affecte pas notre travail parlementaire. Nous travaillons avec notre partie, nous travaillons avec notre groupe parlementaire ‘’.

Jean Narcisse KOUDOU