wrapper

DECLARATION LIMINAIRE

-       Mesdames et messieurs les journalistes de la presse nationale et internationale,

-       Camarades militantes et militants du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP),

Avant tout propos je souhaite la bienvenue aux journalistes à notre siège pour cette conférence de presse. Je vous exprime ma profonde gratitude pour l’accompagnement dont notre parti le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) bénéficie de chacun de vous individuellement et de vos différents organes de presse.

Permettez moi de vous demander une minute de silence, en la mémoire des burkinabè tombés à la mosquée de Salmossi du fait des individus aux funestes intentions. Cette minute de silence est aussi dédiée à la mémoire de tous nos compatriotes tombés sous les balles assassines des ennemis de notre peuple.

Mesdames et messieurs les journalistes,

Notre congrès extraordinaire qui s’est déroulé le 22 septembre 2019 à Ouagadougou avait pour unique point à l’ordre du jour « examen du rapport circonstancié du Bureau Exécutif National sur la mise en œuvre de la résolution portant finalisation de la liste des membres du Bureau Politique National ».

A l’issue du congrès, des sanctions ont été prises à l’encontre de certains de nos militants qui étaient en porte à faux avec les textes fondamentaux de notre parti et dont certains sont même allés jusqu’à ester le parti en justice.

Par la suite, et comme relayé par bon nombre de vos organes, le président d’honneur, son excellence Blaise COMPAORE a convoqué les différentes parties en Côte d’Ivoire pour concertation. Après avoir d’une part écouté la délégation de la direction politique nationale et d’autre part celle des sanctionnés, il a invité la direction parti à rapporter les sanctions dans un esprit de renforcement de la cohésion et de l’unité du parti en vue de relever avec succès les défis électoraux  de 2020.

Nous voulons de prime abord vous informer que ces épistolaires sont authentiques et ne sont nullement, comme certains le pensent, un désaveu de la direction politique nationale, ni des décisions du congrès extraordinaire encore moins du président du parti. Car, comme nos textes le stipulent, tout militant ou organe peut faire recours aux organes supérieurs pour revenir sur les sanctions

Du reste, cette rencontre d’Abidjan et les décisions du président d’honneur portent l’espoir de la direction politique et du parti tout entier, parce que nous avons voulu que ces différents camarades prennent conscience de l’intérêt du parti pour que nous travaillions à un meilleur devenir de notre cher Faso.

Pour qui connaît le fondateur, grand homme d’Etat, conciliateur et homme de paix, sa réaction ne pouvait qu’aller dans le sens du rassemblement, de la cohésion et de l’unité.

La direction politique salut à sa juste valeur ces orientations. Nous allons avec la diligence requise oeuvrer à rapporter les sanctionnés pour qu’ensemble avec ces camarades sanctionnés, nous menions le bon combat pour la victoire du CDP aux scrutins à venir.

Ensemble, nous allons proposer un nouveau contrat social avec les burkinabè afin de répondre aux attentes de nos populations et leurs aspirations à la sécurité, à la paix et à la prospérité. Pour qu’enfin ensemble, nous oeuvrons au retour de tous les exilés politiques dans le cadre de la réconciliation nationale.

Nous voulons rassurer nos militants des villes et des campagnes, et l’opinion nationale et internationale, que la direction politique nationale du CDP est en phase avec le président d’honneur Blaise COMPAORE. Par ce rapportage le CDP reste encore plus fort et dans cette unité, nous avons la certitude de notre victoire de 2020 et de l’avenir radieux des burkinabé.

Mesdames et messieurs les journalistes,

Au terme de cette déclaration liminaire, nous nous faisons le devoir et l’agréable plaisir de répondre à vos différentes questions.

Je vous remercie

Démocratie - Progrès - Justice.